Début

Exclusif RATP et Mappy : « Allier nos forces pour imaginer le MaaS de demain » (Florence Leveel, Mappy)

Paris - Publié le jeudi 12 novembre 2020 à 15 h 00 - n° 199179 « Notre objectif est de répondre, ensemble, aux appels d’offre émis par les métropoles et les régions sur cette thématique stratégique pour les territoires. Nous voulons leur proposer, dès 2021, une offre digitale de mobilité clé en main, adaptée à leurs contraintes, à leur réalité de terrain. C’est le cœur de métier des équipes de la filiale RATP Smart SystemsRATP Smart Systems de proposer des solutions de MaaSMaaSMobility as a service : type de service qui, via un canal numérique commun, permet aux utilisateurs de planifier, réserver et payer pour plusieurs types de services de mobilité, de billettique, de management de la data », déclare Éric AlixÉric Alix, président de RATP Smart System, à News Tank, le 12/11/2020.

« En alliant nos forces avec RATP Smart Systems, nous pouvons donc mieux travailler l’originalité de l’expérience client et être créatifs pour imaginer l’avenir de l’intermodalité et du MaaS », indique Florence LeveelFlorence Leveel, directrice générale de MappyMappy.

Florence Leveel et Éric Alix détaillent à News Tank la stratégie de développement des services MaaS de la RATP après le rachat de Mappy.
Éric Alix et Florence Leveel - © D.R.
Éric Alix et Florence Leveel - © D.R.

« Faire évoluer nos services digitaux pour répondre à des demandes personnalisées » (Éric Alix)

Quel est le calendrier fixé par RATP Smart Systems pour développer les premières applications de MaaS avec Mappy ?

Éric Alix : Le marché du MaaS s’ouvrira en 2021, en partie grâce à la publication des décrets relatifs à la LOM. La réglementation encadrera notamment le partage des données ou la façon dont les titres de mobilité se vendront. Avec l’achat de Mappy, nous nous inscrivons pleinement dans ce calendrier législatif et dans la dynamique qu’il impulse pour le développement de solutions digitales dites de « MaaS ».

Notre objectif est de répondre, ensemble, aux appels d’offre émis par les métropoles et les régions sur cette thématique stratégique pour les territoires. Nous voulons leur proposer, dès 2021, une offre digitale de mobilité clé en main, adaptée à leurs contraintes, à leur réalité de terrain. C’est le cœur de métier des équipes de la filiale RATP Smart Systems de proposer des solutions de MaaS, de billettique, de management de la data. Nous proposons déjà plusieurs solutions digitales. Grâce à Mappy, nous allons accélérer ces projets et leur donner une autre dimension.

Comment RATP Smart Systems et Mappy se positionnent-ils sur le marché français du MaaS ?

Florence Leveel, directrice générale de Mappy - © D.R.

Intégrer tous les modes de transportFlorence Leveel : Mappy est le troisième acteur de la mobilité en France derrière Google Maps et Waze. Nos spécificités résident dans le fait que nous sommes un acteur issu de la cartographie et des déplacements routiers, qui a su étendre son expertise depuis cinq ans à de nouveaux modes de transports. Aujourd’hui, nous en référençons 13, comme le vélo ou la trottinette, et comptabilisons 25 partenaires opérateurs de mobilité répartis sur l’ensemble du territoire français. BlaBlaCar, Dott ou Cityscoot par exemple. Nous voulons intégrer un maximum de moyens de transport, sans pour autant délaisser la voiture qui représente encore 80 % des déplacements en France. C’est une audience significative à laquelle nous souhaitons continuer de nous adresser.

Notre alliance avec RATP Smart Systems nous permettra de compléter mutuellement nos expertises et nos services digitaux, pour proposer aux métropoles ainsi qu’aux régions des solutions exhaustives, combinant routier et mobilités douces, dont font partie les transports en commun.

Éric Alix : Nous voulons proposer aux métropoles et aux régions, au service de leurs administrés, le compagnon digital du quotidien, qui couvre tous les types de mobilité afin de mieux accompagner l’utilisateur dans ses choix de transport. En septembre 2019, nous avons mené une expérimentation MaaS de six mois. 2 900 bêta-testeurs y ont participé. Ses conclusions nous montrent que les usagers ont besoin de gagner du temps, de comparer les trajets possibles et de gérer les perturbations au moyen d’applications personnalisées. Pour cela, il faut savoir accompagner les collectivités en allant plus loin qu’un simple service d’itinéraire couplé à de la réservation et du paiement et en gérant notamment leurs services après-vente et leur relation client pour en développer les usages. C’est ce que nous mettons en place avec Mappy en conjuguant les atouts de chacun.

Beaucoup d’acteurs se positionnent sur le marché du MaaS. Quel sera l’argument de la RATP pour faire la différence et conquérir un maximum de parts de marché ?

Éric Alix, président de RATP Smart System - © D.R. Éric Alix : Ce que nous proposons, c’est une solution française tout d’abord, mais aussi une expérience cliente différenciante. Parmi les premiers avantages de notre offre commune, il y a le fait de couvrir à la fois la recherche d’itinéraires piétons, mais aussi vélo. C’est d’autant plus important en cette période de crise sanitaire, alors que beaucoup d’entre nous découvrent des alternatives aux trajets domicile-travail.

Il faudra aussi répondre aux politiques de restriction qui émergent dans les métropoles concernant l’usage de la voiture en centre-ville. Nous identifierons par exemple des parkings-relais à proximité de transports en commun.

L’autre avantage de notre proposition est lié au maillage territorial que permet Mappy. Dans notre solution, nous intégrerons une base d’informations conséquente de 5 millions de « points d’intérêt ». Notre solution d’édition de carte est un autre atout pour nos futurs clients. Nous sommes les seuls à proposer une solution française de cartographie.

Une expérience client originaleFlorence Leveel : Chez Mappy, nous croyons en l’intermodalité. La combinaison de différents modes de transport pour réaliser un déplacement de porte-à-porte est le sujet central de la mobilité de demain. Cette nouvelle manière de se déplacer répond à deux problématiques auxquelles nous entendons répondre : la saturation des réseaux aux heures de pointe, qu’ils soient routiers ou qu’ils relèvent des transports publics, et les problématiques environnementales.

Aujourd’hui, chez Mappy comme chez RATP Smart Systems, nous maîtrisons parfaitement la gestion des algorithmes et de la data. Cela nous permet de proposer non seulement des itinéraires, mais aussi un suivi des mobilités sur un territoire consolidant tous les modes de transport : voitures, transports en commun et mobilités partagées. Pour opérer des reports modaux vers des moyens de transport alternatifs et plus vertueux que l’automobile individuelle nous avons par ailleurs expérimenté récemment à Toulouse des combinaisons incluant des trajets en voiture - parking relais - transports publics. C’est très concret. Nous voulons l’élargir à l’ensemble du territoire en 2021, pour répondre à la LOMLOMLoi d'orientation des mobilités et aux législations autour des restrictions sur l’automobile. En alliant nos forces avec RATP Smart Systems, nous pouvons donc mieux travailler l’originalité de l’expérience client et être créatifs pour imaginer l’avenir de l’intermodalité et du MaaS.

Un grand nombre de start-up travaillent sur des systèmes de paiement et de réservation sans toujours réussir à convaincre les opérateurs, réticents, de collaborer. Quelles solutions leur proposez-vous pour le développement de ces deux fonctionnalités ?

Éric Alix : Effectivement, les fonctionnalités de réservation et de paiement représentent des enjeux importants pour le développement du MaaS. L’insertion de telles fonctionnalités nécessite de travailler étroitement avec les partenaires référencés sur l’outil que nous proposerons et de mettre en place, avec eux, des plateformes intermédiaires de transfert. Nous en avons l’habitude. Mappy est déjà en contact et collaboration avec 25 d’entre eux.

De notre côté, nous échangeons avec Île-de-France MobilitésÎle-de-France Mobilités sur ces sujets et proposons à nos voyageurs le paiement « sans contact » de leurs titres de transport sur notre application. Ensuite, il faudra convaincre les opérateurs et travailler à une intégration plus profonde du MaaS, car les usagers iront là où il y a une meilleure expérience client, où les parcours seront les plus fluides. Les volets technologiques et de contractualisation sont donc deux batailles importantes à gagner. Fort heureusement, nous sommes déjà très avancés sur ces points. Nous avons déjà une expertise sur la billettique et des discussions régulières avec les autorités organisatrices de la mobilité en France.

Quelles sont les priorités de RATP Smart Systems et Mappy dans le développement de leurs applications de MaaS ?

Inciter au report intermodalÉric Alix : Nous avions déjà beaucoup de chantiers lancés chacun de notre côté. La priorité aujourd’hui est de compléter les actifs présents sur nos plateformes existantes avec les meilleurs composants des uns et des autres. Nous saurons aussi faire évoluer nos services digitaux pour répondre à des demandes personnalisées.

Ensuite, notre objectif est de couvrir chaque collectivité, en répondant à leurs besoins spécifiques. Nous visons donc à la fois les grosses métropoles, mais aussi les plus petits réseaux, avec des offres adaptées. Plus largement, nous cherchons à créer un maillage pour intégrer les différentes mobilités comme des maillons sur une même chaîne et développer un système de transport intermodal. Il y a encore beaucoup de progrès à faire et de niveaux à compléter : quand on informe simplement sur l’itinéraire, c’est le niveau 1 du MaaS. Le but est aujourd’hui de se diriger vers le niveau 2, la vente de titres de mobilité, puis le niveau 3, la vente de packages de mobilité par exemple avec des abonnements couvrant différents modes, mais c’est avec le niveau 4, l’incitation au report intermodal pour réduire la part de l’autosolisme que les Maas produiront l’impact sociétal le plus grand. Le marché est à ses débuts. Il offre énormément de possibilités.

Éric Alix
Fiche n° 41545, créée le 02/11/20 à 12:44 - MàJ le 02/11/20 à 16:36

Éric Alix



Parcours Depuis Jusqu'à
RATP Smart Systems
Chief Executive Officer Mars 2020 Aujourd'hui
Mars 2020 Aujourd'hui
Probayes
Chief Executive Officer Mai 2016 à Janvier 2019
Mai 2016 Janvier 2019
Le Groupe La Poste
Chief Data Officer Juin 2015 à Janvier 2019
Juin 2015 Janvier 2019
Bouygues Telecom
Big Data Lab Manager Octobre 2013 à Avril 2015
Octobre 2013 Avril 2015
Bouygues Telecom
CRM Innovation Manager Décembre 2011 à Septembre 2013
Décembre 2011 Septembre 2013
Bouygues Telecom
Process Manager Février 2009 à Novembre 2011
Février 2009 Novembre 2011
Eurogroup Consulting
Senior Manager Septembre 2001 à Novembre 2009
Septembre 2001 Novembre 2009
Eurogroup Consulting
Senior Manager Septembre 2001 à Novembre 2009
Septembre 2001 Novembre 2009
Eurogroup Consulting
Senior Manager Septembre 2001 à Novembre 2009
Septembre 2001 Novembre 2009
Orga Consultants
Consltant Avril 1996 à Août 2001
Avril 1996 Août 2001
Êtablissement & diplôme Année(s)
Harvard Business School
Certificate in Disruptive Strategy with Clayton Christensen 2019 - 2019
2019 2019
University of California, Berkeley, Haas School of Business
Venture Capital Executive Program with Jerome Engel 2018 - 2018
2018 2018
ESTP Paris
Master's degree Building Construction & Civil Engineering 1991 - 1994
1991 1994

Florence Leveel
Fiche n° 41748, créée le 12/11/20 à 11:53 - MàJ le 12/11/20 à 12:03

Florence Leveel



Parcours Depuis Jusqu'à
Mappy
Directrice générale Février 2019 Aujourd'hui
Février 2019 Aujourd'hui
Mappy
Directrice Marketing et Communication 2012 à Janvier 2019
2012 Janvier 2019
No Brief
Consultante 2011 à 2012
2011 2012
Cellfish Media - Lagardère (New York)
VP marketing 2007 à 2011
2007 2011
Cellfish Media - Lagardère (Paris)
Head of online acquisition and e-commerce activities 2005 à 2007
2005 2007
Lagardère - Plurimedia
European product manager for wireless services 2002 à 2005
2002 2005
Lagardère - Studio Grolier
Consultante 2000 à 2002
2000 2002
Andersen Consulting / Accenture
Consultante 1997 à 2000
1997 2000

RATP Smart Systems
Fiche n° 10249, créée le 28/09/20 à 05:36 - MàJ le 02/11/20 à 16:47

RATP Smart Systems

• Filiale digitale du groupe RATP
• Création :
février 2010, sous le nom d’Ixxi
• Missions :
- valoriser, en France et à l’international, son savoir-faire dans le domaine des Systèmes de Transports Intelligents (ITS) ;
- concevoir, intégrer, exploiter et maintenir des systèmes de billettique, d’information multimodale et d’aide à l’exploitation (présence sur 120 réseaux) ;
- gérer le système billettique de Paris et sa banlieue (12 millions de transactions par jour), plus grand réseau multimodal au monde avec la présence de métros, bus, tramways et RER.
• Effectif : 200 salariés
• Via ses filiales Ixxi Techside, Navocap et Setim, RATP Smart Systems bénéficie d’une présence à Bordeaux, Toulouse, Saint-Etienne et Mexico.
• Président : Éric Alix, depuis le 13/05/2020
Contact
• Tél. : 01 58 78 62 40



RATP Smart Systems
8 avenue Montaigne
93160 Noisy-le-Grand - FRANCE
Téléphone : 01 58 78 62 40
vCard meCard .vcf VCARD

Mappy
Fiche n° 10976, créée le 02/11/20 à 11:03 - MàJ le 02/11/20 à 11:03

Mappy

• Société française
• Création : 1987 (sous le nom d’iTi comme service disponible sur le Minitel)
- 1997 : le service bascule sur Internet (iti.fr)
- 2000 : rachat par France Télécom
- 2005 : rachat par Solocal (ex-PagesJaunes Groupe)
- 2020 : rachat par la RATP
• Activité : service de cartographie et de calcul d’itinéraire en ligne
- 13 modes de transport référencés
- 25 opérateurs de mobilité
- 12 millions de visiteurs uniques par mois, selon Mappy
• Chiffre d’affaires : 11,6 M€ (2018, dernier connu)
• Directrice générale : Florence Leveel
• Contact : contact@mappy.com
• Tél. : 01 46 99 41 00



Mappy
204 Rond-point du Pont de Sèvres
92100 Boulogne-Billancourt - FRANCE
vCard meCard .vcf VCARD

Fin
loader mask
1