Demandez votre abonnement gratuit d'un mois !

Think Mobilités 2024 : « Des plans de transport résilients durant les JOP » (Laurence Debrincat, IdFM)

News Tank Mobilités - Paris - Actualité n°318692 - Publié le 22/03/2024 à 09:00
- +
©  Seb Lascoux
Les JOP, laboratoire de la coordination ? - ©  Seb Lascoux

« Les plans de transport sont désormais terminés sur l’ensemble des sites de compétition. Nous sommes encore en train d’ajuster l’organisation des transports pour la cérémonie d’ouverture. Nous n’attendons pas forcément plus de déplacements un jour de JO qu’un jour ouvrable d’hiver, mais ces déplacements n’auront pas lieu aux mêmes endroits et aux mêmes moments. Nous avons imaginé des plans de transport résilients, en identifiant toutes les gares et stations du réseau ferré situées à une distance accessible depuis les sites, afin d’utiliser toutes les capacités et disposer de plans redondants. L’objectif est d’avoir des plans B en cas de défaillance du réseau » indique Laurence Debrincat Directrice études et JOP 2024 @ Île-de-France Mobilités (IdFM)
, directrice études et JOP Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 à Île-de-France Mobilités, lors de la table ronde « Les JOP, laboratoire de la coordination ? » dans le cadre du Think Mobilités « Décarbonation des mobilités : quels investissements, coordination et compétences ? » organisé par News Tank Mobilités le 19/03/2024.

« Le renfort de l’offre sera majeur : +15 % en moyenne et jusqu'à +70 % d’offre sur les lignes qui desservent les sites les plus critiques. La planification est maintenant derrière nous et nous sommes désormais dans la phase opérationnelle. »

280 personnes étaient inscrites à l'événement qui s’est tenu de 9h à 14h à Sorbonne Université, Campus Pierre et Marie Curie (Paris).

Les intervenants lors de cette table ronde étaient :
• Laurence Debrincat, directrice études et JOP 2024, Île-de-France Mobilités ;
• Florent Bardon Coordonnateur national des mobilités pour les JOP de Paris 2024 @ DGITM - Direction Generale des Infrastructures, des transports et de la mer • Directeur des finances et de la programmation des… , coordonnateur national des mobilités pour les JOP 2024, ministère chargé des Transports ;
• Jimmy Brun Directeur de la Direction marketing et commercial @ RATP
, porte-parole du groupe RATP ;
• Belkhir Belhaddad Député de Moselle @ Assemblée nationale (AN)
, député de Moselle et co-président du groupe de travail chargé du suivi de la préparation des JOP 2024, Assemblée nationale ;
• Noémie Bercoff Directrice générale @ Urbanloop
, directrice générale d’Urbanloop.


« Les plans de transport sont désormais terminés sur l’ensemble des sites de compétition » (Laurence Debrincat, Île-de-France Mobilités)

Laurence Debrincat - ©  Seb Lascoux

  • « Nous attendons 500 000 spectateurs durant les Jeux olympiques et 300 000 durant les Jeux paralympiques.
  • Les plans de transport sont désormais terminés sur l’ensemble des sites de compétition. Nous sommes encore en train d’ajuster l’organisation des transports pour la cérémonie d’ouverture, puisque son principe à lui-même été ajusté à la suite d’une décision du Président de la République.
  • Pour atteindre l’objectif de 100 % de spectateurs se déplaçant en transport en commun ou par des modes actifs, nous avons travaillé sur la modélisation des flux heure par heure, en prenant en compte les spectateurs, mais aussi les usagers du quotidien.
  • Nous mettrons ainsi en place une offre adaptée. Nous n’attendons pas forcément plus de déplacements un jour de JO qu’un jour ouvrable d’hiver, mais ces déplacements n’auront pas lieu aux mêmes endroits. Ils seront davantage concentrés dans Paris, aux abords des sites. Et ils n’auront pas lieu aux mêmes moments. Il y aura moins de déplacements durant l’heure de pointe habituelle du matin, mais ils seront plus nombreux l’après-midi et en soirée.
  • Nous avons imaginé des plans de transport résilients, en identifiant toutes les gares et stations du réseau ferré situées à une distance accessible depuis les sites, afin d’utiliser toutes les capacités et disposer de plans redondants. L’objectif est d’avoir des plans B en cas de défaillance du réseau.
  • Le renfort de l’offre sera majeur : +15 % en moyenne et jusqu'à +70 % d’offre sur les lignes qui desservent les sites les plus critiques. Sur certaines lignes, nous dépasserons l’offre d’hiver. Nous mettrons également en place un système de navettes bus à haute capacité pour tous les sites de grande couronne qui ne sont pas situés à des distances à pied des gares. Nous le ferons aussi pour la desserte du Parc des Princes et de Roland Garros, parce que les lignes 9 et 10 n’ont pas assez de capacité. Cela représente 450 navettes qui transporteront jusqu'à 10 000 personnes par heure. Nous attendons 700 000 utilisateurs au total dans ces navettes sur la période des Jeux.
  • La gestion des flux sera cruciale. Nous avons mené un travail important avec les opérateurs. L’information est coordonnée avec le Cojop Paris 2024 - Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques (Paris 2024). Nous avons rédigé l’ensemble des messages qui seront adressés aux spectateurs. Nous avons mis en place une signalétique adaptée, qui équipera progressivement les gares et stations des JOP à compter d’avril 2024. Nous développons également une application spécifique “Transport public Paris 2024” qui permettra d’orienter les spectateurs vers l’ensemble des lignes qui desservent les sites. Ils ne seront pas forcément orientés vers les trajets les plus courts, mais cela permettra de les répartir entre les lignes et d'éviter les difficultés sur le réseau ferré.
  • Enfin, nous mettrons en place un service de navettes dédiées aux spectateurs en fauteuil roulant depuis toutes les grandes gares parisiennes jusqu'à l’ensemble des sites. Il sera accessible sur réservation. En effet, l’affluence sera telle que même si les gares sont accessibles, il sera compliqué pour ces personnes de se déplacer.
  • La planification est maintenant derrière nous et nous sommes désormais dans la phase opérationnelle. »

Laurence Debrincat, directrice études et JOP 2024, Île-de-France Mobilités

« Un site internet permettant aux Franciliens d’anticiper les affluences dans les transports » (Florent Bardon, ministère chargé des transports)

Florent Bardon - ©  Seb Lascoux

  • « Le rôle de l'État est de coordonner tous les acteurs. Ces derniers ont en effet de nombreuses responsabilités. Le ministère chargé des Transports s’est notamment penché sur la gestion de la demande de transport. Il s’agit ici de s’adresser, non pas aux spectateurs des Jeux, mais aux Franciliens afin de les prévenir des répercussions des Jeux sur les transports en commun et individuels.
  • Le ministère a mis en ligne fin janvier 2024 le site internet https://anticiperlesjeux.gouv.fr/  où l’on retrouve toutes les informations sur les transports durant les Jeux. Il permet d’anticiper les affluences dans les transports en commun sur la base des modélisations de flux réalisées par Île-de-France Mobilités. On peut savoir à quoi s’attendre dans chaque gare, station ou ligne, chaque heure.
  • Durant les Jeux, d’autres outils d’information en temps réel prendront le relai.
  • Concernant les parts modales, il est important de préciser que nous attendons en Île-de-France 100 % de spectateurs se déplaçant dans les transports en commun, à vélo ou à pied. Mais aucun en voiture. Tous les travaux ont été menés autour de cette hypothèse centrale. C’est une promesse très ambitieuse. L'État et les collectivités ont travaillé sur un réseau cyclable continu pour relier Paris à tous les sites olympiques en Île-de-France avec des itinéraires protégés. Nous travaillons également sur le stationnement temporaire des vélos aux abords des sites olympiques. »

Florent Bardon, coordonnateur national des mobilités pour les JOP 2024, ministère chargé des Transports

« L’enjeu de “l’héritage” au-delà des Jeux » (Jimmy Brun, groupe RATP)

Jimmy Brun - ©  Seb Lascoux

  • « Aucun déplacement de spectateurs en voiture, cela signifie pour la RATP 70 % des déplacements via une ligne de transport en commun. C’est donc un défi de mobilisation. 19 000 agents seront mobilisés tous les jours sur les réseaux à la conduite, la maintenance, la sécurité, l’orientation des spectateurs, etc. Nous aurons 9 à 10 millions de personnes à transporter chaque jour durant les Jeux, soit 1 à 1,5 million de personnes en plus par rapport à un été normal. À comparer avec les 11 millions que nous transportons un jour de travail normal hors été. Nous sommes donc en mesure de le faire. Le principal enjeu est celui des flux, puisqu’ils seront différents des flux habituels. Certaines lignes seront particulièrement sollicitées, plus que d’habitude, en particulier les lignes 9, 10, 11 ou 14 du métro. S’ajoutent à cela les croisements de flux, puisque les épreuves ont lieu toute la journée, qui constituent un élément de complexité supplémentaire. C’est là le défi pour la RATP.
  • Pour la RATP, les Jeux sont un formidable accélérateur pour un certain nombre de projets qui resteront en service au-delà de cet événement. “L’héritage” le plus tangible, c’est celui des infrastructures.
  • La plus importante d’entre elles est la ligne 14 de métro dont le prolongement vers Saint-Denis Pleyel permettra de desservir le Stade de France et les sites olympiques à proximité. Au Sud, elle permettra de rejoindre l’aéroport d’Orly. Elle sera en service pour les Jeux. Cela allègera à la fois le RER Réseau express régional B et la ligne 13 au nord. Nous avons aussi modernisé aussi le système d’exploitation de la ligne 14 afin de faire circuler plus de métros, en descendant à terme à 80 secondes d’intervalle entre deux rames de métro. Cela a occasionné une interruption de la ligne 14 pendant deux semaines en février 2024. Le nouveau système d’exploitation est désormais entré en vigueur.
  • D’autres mises en service ont été réalisées ou sont prévues avant le début des Jeux : l’achèvement début 2024 de l’automatisation de la ligne 4 de métro, le prolongement du tramway T3b jusqu'à la porte Dauphine début avril 2024, le prolongement de la ligne 11 de métro jusqu'à Rosny-sous-Bois au printemps 2024.
  • Au-delà des infrastructures, l’héritage c’est aussi l’amélioration de certains services qui perdurera après les Jeux, notamment en matière d’information voyageurs et d’accessibilité. L’information voyageurs concentre beaucoup de critiques. Nous remplaçons, par exemple, l’ensemble des panneaux situés sur les quais des stations de métro informant sur les temps d’attente. Ces panneaux peuvent désormais afficher, en plus des temps d’attente, des messages sur les travaux ou perturbations. Ce renouvellement concerne 250 stations, soit environ les 3/4 des stations du métro parisien.
  • Nous déploierons également sur les tablettes de nos agents “Tradivia”, un outil exploitant l'IA Intelligence artificielle et qui permet de converser en 17 langues avec les personnes malvoyantes, malentendantes, les touristes étrangers, etc. Cet outil restera utile pour nos agents au-delà des Jeux. Pendant les Jeux, ils seront mobilisés pour orienter, canaliser, etc. Nous mobiliserons également 3 000 agents de la RATP volontaires et des proches de ces agents qui seront formés.
  • Enfin, nous déployons un plan d’accélération de mise en accessibilité, avec de nombreuses actions pour les personnes en situation de déficience sensorielle. Il s’agit, par exemple, de compagnons sonores servant de guide dans les stations, de manchons en braille sur les mains courantes des escaliers, de la sonorisation du nom des stations dans les rames anciennes, etc. »

Jimmy Brun, porte-parole, groupe RATP

« Des points de vigilance : la sécurité et l’accessibilité » (Belkhir Belhaddad, Assemblée nationale)

Belkhir Belhaddad - ©  Seb Lascoux

  • « Au-delà de la question de l’ouverture à la concurrence des bus franciliens, dont l'échéance a finalement été reportée à fin 2026, nous avons identifié plusieurs points de vigilance. Tout d’abord, le partage des compétences entre les différents opérateurs. Nos inquiétudes ont abouti à la nomination, fin 2022, d’un coordonnateur national des mobilités pour les JOP 2024 opérant à une échelle interministérielle. Des réponses très concrètes ont été apportées.
  • L’accessibilité est aussi un point de vigilance. Nous avons monté un groupe de travail sur l’accessibilité et l’inclusion. À travers différentes auditions, nous avons pu voir la situation évoluer. Nous partons de très loin sur ce sujet, comme en témoignent les équipements existants. Nous étions inquiets début 2023. Nous ne sommes pas totalement rassurés, mais de vraies avancées ont été faites, par exemple avec le renouvellement des équipements de la ligne 14.
  • La sécurité privée a également connu des avancées. Environ 20 000 entrées en formation d’agents de sécurité sont prévues. Nous devrions pouvoir répondre aux objectifs de sécurité.
  • Le comité d’organisation des Jeux (Paris 2024) s'était engagé sur la gratuité des transports durant les Jeux. Il est finalement revenu sur cette décision. Cela a généré un vrai débat. Un certain nombre de Parlementaires y tenaient. Nous comprenons les contraintes budgétaires, mais la gratuité ne concernait que la période des Jeux et les visiteurs. L’impact budgétaire était relativement limité.
  • Nous sommes aujourd’hui beaucoup plus rassurés, mais il reste des points de vigilance importants comme la question de l’accès aux bus dans les zones interdites aux personnes autorisées. Nous n’avons pas encore eu de réponses sur ce sujet. »

Belkhir Belhaddad, député de Moselle et co-président du groupe de travail chargé du suivi de la préparation des JOP 2024, Assemblée nationale

« Urbanloop, un allier de l’aménagement des territoires » (Noémie Bercoff, Urbanloop)

Noémie Bercoff - ©  Seb Lascoux

  • « Urbanloop est un mode de transport expérimental qui pourra être testé gratuitement durant les Jeux à Saint-Quentin-en-Yvelines - Terre d’innovations entre un parking et une fanzone sur une distance de 2 kilomètres. Il s’agit d’une capsule mesurant 1 mètre de large, 4 mètres de long et 2 mètres de haut.
  • La capsule est autonome, sans batterie et 100 % électrique, donc totalement décarbonée. Le parti pris d’Urbanloop est de concurrencer la voiture sur son temps de trajet. Les capsules peuvent transporter 1 000 à 2 000 personnes par heure. Ce système vient donc en complément des modes lourds. Sa zone de pertinence se situe au niveau des zones industrielles, touristiques et périurbaines, là où la densité se situe entre 350 et 3 500 habitants par km². Nous visons donc des projets de SERM Service Express Régional Métropolitain , avec l’objectif de rabattre les usagers et travailleurs vers les gares de TER Transport express régional et terminus de métros ou tramways.
  • Il s’agit d’un transport guidé en site propre, exclusif et intégral qui peut être installé à la place d’une voie de circulation dans les deux sens. Pour que l’Urbanloop puisse concurrencer les véhicules individuels, il doit avoir une vitesse commerciale correcte. Ce qui suppose un système guidé. Les capsules circulent à 30 km/h avec des vitesses de pointe à 50 km/h. Urbanloop ne s’arrête pas aux stations intermédiaires. Elles sont construites en dérivation. C’est la condition d’une bonne vitesse commerciale.
  • L’Urbanloop a une très faible consommation d'énergie. Les capsules sont légères. Elles font moins d’une tonne. Leur construction est modulaire. Ce système demande peu d’infrastructures. À titre d’exemple, le démonstrateur de Saint-Quentin-en-Yvelines est posé sur de la terre. Le système est donc conforme à la loi climat et résilience et aux décrets zéro artificialisation. Toutes ces caractéristiques en font un allier de l’aménagement des territoires dans les zones périurbaines. »

Noémie Bercoff, directrice générale d’Urbanloop

Laurence Debrincat


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Île-de-France Mobilités (IdFM)
Directrice études et JOP 2024
Île-de-France Mobilités (IdFM)
Directrice prospective et études
Île-de-France Mobilités (IdFM)
Cheffe de projet de l’élaboration du plan de déplacements urbains d’Île-de-France
Île-de-France Mobilités (IdFM)
Porte-parole du projet Arc Express lors du débat public
Île-de-France Mobilités (IdFM)
Cheffe du département études générales

Établissement & diplôme

Centrale Paris
Diplôme d’ingénieure

Fiche n° 50719, créée le 21/01/2024 à 16:00 - MàJ le 20/03/2024 à 16:23

Florent Bardon


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

DGITM - Direction Generale des Infrastructures, des transports et de la mer
Coordonnateur national des mobilités pour les JOP de Paris 2024
SNCF SA
Directeur des finances et de la programmation des investissements, SG, DGIF de SNCF Gares & Connexions
SNCF SA
Directeur des affaires publiques et de la RSE, Transilien
Préfecture de la Région d’Île-de-France
Conseiller des transports et de l’aménagement auprès du préfet
Préfecture de la région d’Île-de-France
Chef du département transports interrégionaux et fret à la DRIEA
Agence française de développement (AFD)
Consultant
Île-de-France Mobilités (IdFM)
Chef de projet - maîtrise d’ouvrage
Ministère de la Transition écologique
Chef de projet - modélisation des déplacements
Transport consultant (intern) MVA Consultancy limited
Consultant en transport

Établissement & diplôme

ENPC (École des ponts ParisTech)
MS PAPDD, public policy analysis
Toulouse School of Economics (TSE)
MSc, industrial organization and networks economics
Imperial College London
MSc, Transport

Fiche n° 48013, créée le 07/12/2022 à 10:04 - MàJ le 20/12/2022 à 09:55

Jimmy Brun


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

RATP
Directeur de la Direction marketing et commercial
RATP
Porte-parole
Groupe RATP
Chargé de mission auprès de Jean Castex, président-directeur général de la RATP
Meridiam
Senior Associate
Setrag Entreprise
Membre du conseil d’administration
Dakar Mobilité
Membre du conseil d’administration
Meridiam
Senior Associate West Africa
Présidence de la République (Élysée)
Conseiller transports du Président de la République Emmanuel Macron
Chef du Gouvernement - Hôtel de Matignon
Conseiller transports du Premier ministre Édouard Philippe

Établissement & diplôme

Moisson-Desroches (Fer de France)
Cycle d'étude des cadres issus de la filière ferroviaire française
ENPC (École des ponts ParisTech)
Mastère spécialisé gestion de l’eau
École polytechnique (X)
Ingénieur, sciences de l’environnement

Fiche n° 48923, créée le 30/03/2023 à 10:04 - MàJ le 15/10/2023 à 23:07

Belkhir Belhaddad


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Assemblée nationale (AN)
Député de Moselle
Ville de Metz
Conseiller municipal
Gem Energy Services
Gérant
Ville de Metz
Conseiller municipal et adjoint au maire en charge de la politique sportive

Fiche n° 51019, créée le 04/03/2024 à 13:13 - MàJ le 04/03/2024 à 13:23

Noémie Bercoff


Consulter la fiche dans l‘annuaire

Parcours

Urbanloop
Directrice générale
Egis
Directrice générale d’InsidebyEgis
Egis
Directrice déléguée - DGA
Egis
DGA Stratégie développement
EGIS Conseil
Directrice déléguée
EGIS Conseil
Consultante, directrice de missions puis responsable du domaine ferroviaire
Egis Rail
Juriste opérationnelle
Mairie de Rouen
Chargée de mission au cabinet du Maire

Établissement & diplôme

Essec executive education
Women be european board ready
ESCP Business School (ESCP)
Egis Campus excellence commerciale
Université Grenoble Alpes (UGA)
DEA de droit et droit communautaire

Fiche n° 51020, créée le 04/03/2024 à 13:29 - MàJ le 04/03/2024 à 13:38

©  Seb Lascoux
Les JOP, laboratoire de la coordination ? - ©  Seb Lascoux